3 janvier 20220

Prolapsus, incontinence : les « pertes collatérales »

Les symptômes physiques associés au prolapsus ou à l’incontinence urinaire sont souvent pénibles voire handicapants au quotidien. Mais l’impact de ces pathologies, et la souffrance qui y est associée, va généralement bien au-delà des symptômes physiques.

Pour beaucoup de femmes, la perte de soutien et de fonction de la sangle pelvi-périnéale implique des « pertes collatérales » dont on parle peu. Il s’agit de pertes secondaires, réelles et/ou perçues, qui peuvent avoir des répercussions émotionnelles, physiques, sociales voire financières.

Perte de la possibilité de pratiquer une activité physique ou sportive, perte d’une routine, perte d’autonomie, perte de dignité, perte d’intimité sexuelle et de confort avec un partenaire, perte de confiance en soi, perte de projets d’avenir… Parfois même perte de la possibilité d’exercer son métier.

Et ces impacts psychologiques, émotionnels et sociaux sont d’autant plus importants qu’il s’agit de pathologies « invisibles » et taboues, et qu’il est donc difficile voire impossible pour certaines femmes de parler ou de faire reconnaître leur souffrance auprès de leurs proches.

Comment gérer toutes ces « pertes collatérales » ?

     1° Reconnaître et nommer chacune d’entre elles, accepter la légitimité de vos émotions. Et, si cela vous est possible et vous fait du bien, le formuler et l’expliquer à vos proches. N’oubliez pas : une femme sur deux est concernée au cours de sa vie, vous êtes loin d’être anormale !

     2° Consulter et vous faire accompagner par un professionnel de santé spécialisé, et si nécessaire par un psychothérapeute. Certaines de ces pertes sont perçues et non réelles, d’autres sont bien réelles mais ne sont pas une fatalité et il existe de nombreuses solutions (rééducation, pessaire, chirurgie) pour ne pas avoir à les subir ou pour vous aider à vous adapter à de nouvelles contraintes

     3° Vous réconcilier avec votre corps, avec votre féminité, faire preuve de bienveillance envers vous-même ❤

Et vous, quelles sont les « pertes collatérales » les plus importantes auxquelles vous avez eu à faire face ? Quelles solutions avez vous trouvées pour vous sentir mieux ?

Share

Laisser un commentaire