Quel pessaire pour moi ?

Le pessaire, pour être efficace et confortable, doit impérativement être adapté à votre besoin ou à votre pathologie, ainsi qu’à votre anatomie. Cela nécessite la plupart de temps de consulter et d’être examinée par un professionnel de santé.

Il existe deux types de pessaires :

Les pessaires de soutien sont en général ceux qui sont utilisés en première intention. Les pessaires de comblement sont souvent utilisés pour les prolapsus les plus avancés, ou lorsque les muscles pelviens ne parviennent pas à maintenir un pessaire de soutien.

Certains pessaires sont en outre spécifiquement indiqués pour l’incontinence urinaire à l’effort. Ces pessaires sont souvent équipés d’un « bouton » qui se place sous l’urètre afin de le remettre dans sa position initiale, qui lui permet de retenir l’urine lors d’une pression intra-abdominale ou d’un effort physique.

Certains modèles sont particulièrement indiqués pour la prévention des troubles du plancher pelvien, comme le cube grâce à son effet de succion.

Selon le modèle, le pessaire est plus ou moins facile à insérer et à retirer soi-même en autonomie, sans l’aide d’un professionnel de santé.

La consultation d’essai de pessaire

Chaque femme est unique, chaque vagin aussi. L’essai du pessaire en consultation est indispensable pour déterminer l’efficacité du traitement mais aussi le modèle et la taille les mieux adaptés à vous.

Il est habituel que le professionnel de santé prescrive un traitement hormonal local à démarrer avant la consultation d’essai de pessaires, en particulier pour les femmes ménopausées. Ceci permet de faciliter l’essai et de le rendre plus confortable pour vous, puis d’optimiser la bonne tolérance de votre pessaire en assurant une meilleure trophicité et élasticité de vos muqueuses.

Une consultation d’essai de pessaires se déroule en 4 étapes et dure entre 15 et 30 minutes.

Le choix du pessaire passe par un examen médical et le dialogue avec un professionnel de santé.

Le professionnel de santé vérifie en premier lieu s’il y a un col utérin, ce qui permet d’utiliser un pessaire dit de soutien (type anneau). S‘il n’y a plus de col, seul un pessaire de comblement (de type Cube ou Gellhorn) pourra être posé. Il en va de même si votre plancher pelvien est trop faible pour maintenir un pessaire de soutien.

Il/elle s’assure également de votre volonté et de votre capacité à gérer votre pessaire vous-même au quotidien. Un pessaire Cube ne pourra être prescrit qu’à cette condition. Une femme qui ne souhaite pas retirer et remettre elle-même son pessaire, ou souhaite le faire sur une base non quotidienne, devra se voir prescrire un pessaire de type Anneau, Donut, Dish, ou Gellhorn, qui peuvent rester en place dans le vagin jusqu’à 3 mois en continu.

Enfin, vous échangez avec votre professionnel de santé sur vos besoins et habitudes : le fait que vous ayez ou souhaitiez avoir une vie sexuelle active par exemple, conditionnera fortement le choix du pessaire. L’objectif est de répondre à vos attentes et de vous rendre plus libre de faire ce que vous aimez faire.

Plusieurs tailles existent pour chaque modèle de pessaire, afin de s’adapter à toutes les morphologies et à toutes les étapes de la vie d’une femme (entre 7 et 14 tailles différentes en général). Il est important de déterminer la bonne taille pour que le pessaire soit efficace et confortable.

La taille du pessaire s’estime à l’aide d’un toucher vaginal. Le professionnel de santé placera le bout de son index droit dans le cul de sac postérieur de votre vagin et le bout de son majeur juste derrière l’os pubien. Il évaluera ainsi la distance en millimètres entre ces 2 points. Cette valeur donnera la taille du pessaire à essayer (c’est-à-dire son diamètre extérieur). Les tailles les plus couramment prescrites se situent entre 60 et 70mm de diamètre.

Une fois ces étapes réalisées, le professionnel de santé vous fera essayer le pessaire afin de s’assurer que le modèle et la taille choisis sont adéquats. Pour ce faire, il dispose en général à son cabinet d’un jeu de pessaires de tests.

Une fois le pessaire en place, le professionnel de santé vérifiera s’il peut passer le bout du doigt entre le bord extérieur du pessaire et la paroi de votre vagin. S’il ne peut pas le faire, il conviendra d’essayer la taille immédiatement inférieure. Si au contraire son doigt passe trop facilement, il conviendra d’essayer la taille immédiatement supérieure. Le professionnel de santé doit sentir une certaine souplesse entre le pessaire et la paroi vaginale.

Une fois cette étape réalisée, si la taille semble convenir, le professionnel de santé vous demander de vous mettre debout, de marcher, de taper des pieds sur le sol, de vous pencher en avant, de vous accroupir, de tousser… Si le pessaire demeure bien en place après quelques minutes de ces « exercices » et que vous ne ressentez aucune gêne, alors le pessaire essayé est sans doute le bon. Le professionnel de santé peut terminer la vérification en vous demandant d’aller uriner. Si vous pouvez le faire sans gêne et sans que le pessaire ne tombe, l’essai sera terminé et le professionnel pourra vous prescrire ce modèle.

Si en revanche le pessaire descend ou tombe, il conviendra d’en essayer un autre. Attention, un pessaire peut tomber parce qu’il est trop petit, mais également parce qu’il est trop grand et finit par se placer en position longitudinale. Un pessaire peut également tomber si le modèle ne convient pas : des muscles pelviens trop faibles peuvent ne pas parvenir à maintenir un pessaire dit de soutien, et nécessitent alors le recours à un pessaire de comblement, en particulier à un cube, qui tiendra mieux grâce à l’effet ventouse exercé sur la paroi vaginale.

L’essai est parfois très rapide, et le premier pessaire essayé convient. D’autre fois, il faut en essayer plusieurs et la consultation peut durer jusqu’à une demi-heure. L’expérience montre qu’en moyenne, 3 ou 4 modèles doivent être essayés pour trouver le bon (en général les tailles les plus fréquemment prescrites).

La taille la mieux adaptée est en générale la plus petite taille possible ne glissant pas et ne tombant pas.

Le professionnel de santé s’assurera de votre capacité à insérer et retirer votre pessaire avant de mettre fin à la consultation, surtout si c’est un pessaire Cube qui est prescrit. Il vous expliquera également comment le nettoyer et l’entretenir, et la nécessité d’un suivi régulier en consultation si vous ne retirez pas quotidiennement votre pessaire. C’est lui qui déterminera la fréquence de suivi nécessaire.

Le suivi

Après la pose du pessaire par le professionnel de santé, vous le revoyez généralement dans les 24h à 48h, puis à nouveau 72h après. Par la suite, une consultation de suivi est recommandée tous les 2 à 3 mois en moyenne. Le délai peut être plus long vous êtes autonome et retirez le pessaire régulièrement (le suivi peut dans ce cas avoir lieu tous les 3 à 6 mois). La fréquence du suivi sera déterminée par le professionnel de santé, en fonction du type de pessaire que vous utilisez, et de la façon dont vous l’utilisez.

Plus souvent vous retirez le pessaire, plus le suivi avec votre professionnel de santé pourra être espacé. En effet, retirer votre pessaire régulièrement permet une hygiène plus rigoureuse limitant les risques d’infections locales, et limite fortement le risque d’érosion ou d’ulcération des muqueuses en diminuant le temps de présence du pessaire dans la cavité vaginale.

Lors de ces rendez-vous de suivi, si vous portez votre pessaire, le professionnel de santé le retirera afin de vous examiner, et d’examiner le pessaire. Il vérifiera l’état de votre vagin, contrôlera l’absence d’irritation liée au pessaire, et vous questionnera sur d’éventuels effets secondaires (ils sont très rares si le suivi est assuré et si le pessaire est de qualité, fabriqué en silicone médical). Puis il s’assurera que le pessaire est toujours en bon état et qu’il s’agit toujours du modèle et de la taille les plus adaptés pour vous. Si c’est bien le cas, il replacera le pessaire après l’avoir nettoyé. Sinon, il vous fera essayer de nouveaux pessaires et vous prescrira le mieux adapté.

Il n’est pas rare qu’il soit nécessaire au bout de quelques mois ou de quelques années de changer de taille ou de modèle de pessaire, en fonction de l’évolution de votre pathologie et de la tonicité des muscles de votre plancher pelvien. Il est important d’adapter le pessaire afin d’en assurer l’efficacité tout en assurant votre confort au quotidien.

Découvrez nos formations pessaires !

Nous organisons régulièrement des ateliers théoriques et pratiques pour aider les professionnels de santé qui le souhaitent à se familiariser avec les pessaires et à proposer des consultations adaptées à leurs patientes. Ces ateliers sont animés par un professionnel de santé spécialisé.